Super Maïca – 1965 – ILLINGWORTH & PRIMEROSE

Corina

Super Maïca

C’est à Jean Chomé, brillant médecin anatomopathologiste, que l’on doit le 4ième des cinq « quarante pieds » Illingworth & Primrose des Chantiers Mécaniques de Normandie. Commandé en 1964, Jean le baptisa « CORINA » en hommage à sa fille Corinne, née deux ans plus tôt.

Savoyard de naissance, Jean est devenu breton de cœur et marin dans l’âme au contact de la Bretagne. Son épouse, Geneviève Chomé, m’a ainsi raconté : « Jean est né le 6 Août 1926 à Valleiry en Haute Savoie, loin du milieu maritime, d’une mère savoyarde et d’un père Luxembourgeois, mais ne lui dites surtout pas qu’il n’est pas breton! Il y est arrivé en 1939 à l’âge de 13 ans et a eu son premier bateau cette année-là, un joli canot à misaine de 4 mètres. Il y a passé la guerre, jusqu’au baccalauréat, pensionnaire au Lycée du Kreisker à St Pol dans des conditions très difficiles. Tout cela n’a rien à voir avec Corina bien sûr, mais explique cette passion, sa découverte et son attachement à la mer et à la navigation entre les cailloux de la baie de Morlaix ».

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Jean-Michel Barrault est un sacré bonhomme, un breton du sud. Né à Nantes en 1927, circumnavigateur passionné et écrivain de marine talentueux, c’est un journaliste et éditorialiste français de renom. Il a noirci les pages de nombreux journaux que tous connaissent en France: Paris MatchL’Aurore, Le Figaro et « Voiles et Voiliers ». Devenu un ami très proche de Jean, c’est avec l’aide de ce dernier que Jean-Michel écrivit et publia chez Arthaud « Le vade-mecum du parfait médecin », illustré par Piem, un petit livre qui a reçu un bon accueil, y compris de la part de hautes sommités médicales comme le professeur Mathé.

Sous l’impulsion de Jean-Michel, Jean constitua donc un équipage pour cette saison de courses 65 et 66. Il s’appuya sur les membres de l’UPF et s’entoura principalement de parisiens, comme lui à l’époque.

Geneviève Chomé me confiait : « Chaque week-end pendant la saison de course, ils quittaient Paris ensemble le vendredi soir par le train pour rejoindre Cherbourg, sauter à bord de Corina et appareiller, toujours en costume, pour rallier l’Angleterre au plus vite dans la nuit et prendre le départ des courses dans la matinée du lendemain. Le Dimanche en fin de journée, à peine la ligne d’arrivée franchie, ils mettaient les voiles vers Cherbourg pour attraper le train de nuit et retrouver Paris au petit matin. Inutile de dire que les lundis n’étaient pas toujours faciles ! »

L’équipage que Jean avait formé était constitué pour l’essentiel d’amateurs-armateurs, skippers de leur propre bateau avec une activité professionnelle soutenue les privant de temps pour s’entrainer correctement ensemble. Jean-Michel Barrault me disait : « Ce manque d’entrainement, outre la coupe médiocre des voiles utilisées et un armement de croisière pondéreux, explique sans doute que les résultats n’aient pas été aussi brillants qu’espéré ! (…) mais cela ne nous a pas empêché de bien nous amuser et j’ai pu apprécier les qualités de ce côtre ».

La liste d’équipage était évidemment variable mais pour le Fastnet, la plus emblématique des courses du RORC, l’équipage était constitué de : (par ordre alphabétique des prénoms)

  • Michel Labbé, excellent équipier que Jean-Michel Barrault était parvenu à « shangaier  » à Striana
  • Michel Perroud, champion du GCL en 1967 sur Dame D’Iroise
  • Claude Bitouzet, ingénieur
  • Claude Danbon, architecte, installé plus tard en Martinique
  • Dany Barrault (skipper de Corsen  pour Cowes-Dinard 1963, première femme à avoir commandé en course un équipage féminin)
  • Jean Chomé, propriétaire de Corina
  • Jacques Auclair, propriétaire du magnifique plan Cornu Striana; également Président de la Fédération Française de Yachting à voile
  • Jean-Michel Barrault, journaliste

Enfin, en mai 2016, après plus d’un an de recherches,  je décide de me lancer et de faire l’acquisition de Corina. Je m’appelle Jean-Philippe Massin,  ancien de l’Ecole Navale (EN  86), membre du RORC parrainé par Alex Thomson; membre de l’équipage vainqueur de la course du RORC Caribbean 600 en 2014 à bord de Lancelot (First 40.7) avec Peter SowreyAlex Thomson et Tim Thubron (…); co-skipper dans la course du RORC « Middle Sea Race » à bord de Gaby II (grand Soleil 37) avec Peter Sowrey et Brian Thomson en 2014.

Mon programme de navigation à date :

  • 2016 – Deux semaines de navigation en Juin avec Michael Wagner et Thomas Muller: Marmaris, Rhodes, Karpathos, Halki, Simi, Bozburun, Marmaris; Deux semaines de Juillet avec la voile en famille sur la côte turque.
  • 2017 – 3 semaines dans le Dodécanèse, cote Turque
  • 2018 – 3 semaine dans le Dodécanèse cote Turque et Iles grecques
  • Un jour : convoyage de Corina vers la France jusqu’au au Pouliguen où je réside actuellement.

Pour le plaisir des yeux. Trois photos de 1965. Elles ont été prises par le célèbre photographe de marine anglais Beken de Cowes durant les courses du RORC :

QUELQUES CHIFFRES

Super Maïca

12,19m

longueur de coque

3,15m

Largeur

1,98m

tirant d’eau

4

exemplaires dans
le monde

Soutenez Corina

Chers passionnés de navigation et amoureux du patrimoine maritime,

Le Super Maïca « Corina », trésor de notre histoire navale et labellisé Bateau d’Intérêt Patrimonial depuis 2016, a besoin de votre soutien pour ses rénovations constantes. Pour préserver l’authenticité et la beauté de ce voilier emblématique, nous vous invitons à contribuer à notre cause. Votre don permettra de garantir la pérennité de « Corina » et de perpétuer son héritage pour les générations futures.

Nous vous remercions chaleureusement pour votre soutien et votre engagement envers la préservation de notre précieux héritage maritime.

Faites un don dès aujourd’hui pour que le Super Maïca « Corina » continue de braver les flots avec élégance et grandeur.

Votre contribution fait toute la différence. Merci de votre générosité.

Je fais un don (à venir)